Gouttes électriques

L’attention à l’environnement, cela convient. A tout le monde. L’histoire de Martignani, une entreprise qui fournit des solutions pour l’agriculture nous donne un exemple: il a jeté une goutte – et cela est exactement le cas – dans la « mer de l’agriculture », une goutte qui a fait la différence. Une goutte chargé de manière électrostatique.

L’histoire de l’entreprise s’entremêle avec celle de notre pays (l’Italie, n.d.T.) tout en montrant comment à chaque époque, elle a su accepter les défis et saisir les nouveautés. La grande vocation pour la mécanique agricole et l’amour pour la terre, notamment la Romagne, ont mené Claudio Martignani à être un pionner de l’écologie, déjà dans la seconde moitié du siècle dernier. Il fonde sa société à la fin des années 50, l’âge d’or de l’économie italienne. Il est jeune et passionné de moteurs et d’innovation, et il grandit entre l’usine de son père Angelo et le pensionnat, où il étudie. Tout en étudiant à l’Université, il commence par être un agent commercial de tracteurs à Lugo, en Romagne, dans la province de Ravenne. Cela était une nouveauté très utile pour les agriculteurs. Pendant ces ans il découvre des machines hollandaises pour la pulvérisation des traitements aux cultures et il en reste fasciné : moins d’eau, moins de produits phytosanitaires, moins de main d’œuvre. Toutefois, la procédure à faible volume est nouvelle et très chère aussi.

A l’époque, dans les campagnes italiennes, on utilisait  des pulvérisateurs à pression qui avait cependant le problème de l’égouttage au sol. Cela était un véritable gaspillage en termes économiques et aussi une source de pollution pour le sol. Dans les années 60, un professeur d’une école professionnelle demande à Claudio une de ses machines pour faire des démonstrations aux élèves. Ils sont tous fils d’agriculteurs, donc Martignani décide de ne pas demander de rémunération à l’école. Les professeurs et les élèves en restent tous enthousiastes: cela est le meilleur investissement publicitaire qu’il puisse faire.  Dans les années 70 il conclut un marché exclusif avec KWH, l’entreprise hollandaise, pour l’utilisation de la technologie qu’il installe sur des machines de sa propre fabrication, ayant des prix beaucoup moins cher pour le publique italien. Il prend part à plusieurs salons et il attire l’attention des clients yougoslaves : voilà comment Martignani s’ouvre au marché étranger. Elle se fait noter par les producteurs de vin et elle entre de suite sur ce marché : les commandes sont nombreux et il est difficile de garder une trace des livraisons.

Linnovation électrostatique

Ce sont les années ‘80 qui marquent un tournant. Martignani trouve une nouvelle technique pour éliminer la partie de produit en dérive dans l’environnement : il s’agit d’un système qui utilise la charge électrostatique pour la pulvérisation à faible volume. Pour l’ingénieur Claudio, c’est un défi auquel il ne peut pas renoncer  et Martignani devient donc le premier producteur en Europe : elle développe un système utilisé par la construction automobile pour le vernissage. Avec autant de traitements pesticides, on réduit les gaspillages et on augmente la couverture. Les gouttelettes de produits phytosanitaires qui sont pulvérisée de manière électrostatique produisent un brouillard de gouttes chargées négativement qui se repoussent les unes avec les autres mais s’accrochent aux feuilles sans dispersion au sol.

Quelques années plus tard, Ferruccio Lamborghini arrive à l’entreprise dans sa Miura rouge : en 15 minutes seulement, il achète 2 machines équipées du système avec charge électrostatique.

Cette innovation fait gagner des prix à l’entreprise, qui attire de plus en plus la presse spécialisée et traditionnelle. Les machines de Martignani apparaissent sur « Linea Verde », où le présentateur historique, Federico Fazzuoli, fait une comparaison: d’une part, la dépense moyenne annuelle pour la lutte aux parasites en agriculture de 1.450.000 lires et de l’autre part une dépense de 680.000 lires par an avec les machines avec technologie à charge électrostatique, outre une récolte de fruit sans résidus chimiques confirmé par les analyses. Stefano Martignani, le fils de Claudio, commence ainsi à travailler pour l’entreprise familiale, les deux partageant une enfance avec la passion pour les moteurs. Les années ‘90 consacrent l’ouverture au marché étranger avec Stefano, aujourd’hui vice-président et directeur général de l’entreprise. Pendant les dernières années, Martignani a compté 40 pays de distribution.

 

Article paru dans le magazine Ecofuturo.
janvier 2022
Auteur : Giorgia Burzachechi

 

Aujourd’hui, parmi les modèles principales de Martignani, il y a le Duo-Wing-Jet, un pulvérisateur électrostatique avec des blindages anti-dispersions. Le pulvérisateur est composé de blindages de protection pressurisés avec un coussin d’air qui repousse les gouttes échappées à la charge. En plus, il est possible d’ajuster la vitesse et les débits : de cette manière,l’opérateur peut établir les dosages selon le type de plante et de saison. Le Duo-Wing-Jet est un brevet Martignani déposé en 2021 qui a remporté le Prix Nouveauté Technique EIMA 2021 et 2014. Cette implémentation de la technique garantit un épargne, un impact environnemental réduit, aucune dispersion au sol, les fruits et le moût sans aucun résidu, et donc plus sains. Il fait ainsi en sorte qu’on peut approcher aux zones de respect (écoles, routes très fréquentées, voies ferrées) sans les contaminer et cela en toute sécurité. 

 

 

ESPERIENZE GLOBALE EIMA INTERNATIONAL MARTIGNANI